Le Cholestérol : bon ou mauvais ? - Adeline Divay diététicienne nutritionniste Vitré Fougères
17043
post-template-default,single,single-post,postid-17043,single-format-standard,bridge-core-1.0.5,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-theme-ver-18.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.2,vc_responsive

Le Cholestérol : bon ou mauvais ?

Le cholestérol a très mauvaise réputation pour ses effets néfastes sur notre santé. Certains aliments seraient à bannir si vous en faites. Mais attention, il paraît qu’il y en a du bon et du mauvais ! Ces dernières années, de nombreuses recherches portent sur le sujet et essayent de tirer tout ça au clair. On refait le point maintenant !

 

question C’est quoi le cholestérol ?

Le cholestérol fait partie de la famille des lipides, c’est-à-dire des matières grasses. Il est indispensable au bon fonctionnement de notre organisme et même à sa structure ! En effet, il entre de la composition des membranes cellulaires : pas de cholestérol pas de cellules, pas de cellules pas de vie ! Il est également indispensable à la fabrication d’hormones, notamment les hormones sexuelles, et de la vitamine D. Il entre également dans la composition des acides biliaires produits par le foie et nécessaires à notre bonne digestion.

 

a D’où vient-il ?

Contrairement aux idées populaires, notre cholestérol est majoritairement produit par notre corps. En effet, le foie produit les 2/3 du cholestérol présent dans notre organisme alors que seulement 1/3 est apporté par notre alimentation. Le cholestérol alimentaire se trouve dans tous les produits d’origine animale, mais certains sont plus riches que d’autres : le jaune d’œuf, les abats (cervelle, foie, rognons,…) et le beurre.

 

balance Bon ou mauvais : ça veut dire quoi ?

On parle souvent de bon ou de mauvais cholestérol. En réalité il n’y a qu’un type de cholestérol. Pour définir si le cholestérol est « bon » ou « mauvais », il faut s’intéresser à son mode de transport dans notre organisme. Comme beaucoup de molécules, le cholestérol circule dans le sang. Cependant, le sang est majoritairement composé d’eau. Or, comme tous les lipides, le cholestérol n’est pas soluble dans l’eau, c’est-à-dire qu’il ne peut pas s’y mélanger et donc y être directement transporté. Il lui faut donc une protéine de transport. Il en existe 2 principales : les lipoprotéines de basse densité (Low Density Lipoprotein) et les lipoprotéines de haute densité (Hight Density Lipoprotein). Le cholestérol transporté à l’intérieur de ces protéines reste toujours le même, mais ce sont leurs fonctions de transport qui permettent de différencier le bon du mauvais cholestérol.

Les LDL assurent le transport du cholestérol, synthétisé par l’organisme et apporté par l’alimentation, du foie vers les différents organes de notre corps. Or si la quantité de cholestérol est importante et/ou qu’il existe un défaut dans ces transporteurs, la quantité de cholestérol présent dans le sang sera également trop importante : c’est l’hypercholestérolémie. De plus, ce cholestérol en excès peut finir par se déposer sur les parois des artères et former à terme une plaque d’athérome dangereuse pour la santé cardio-vasculaire. C’est pourquoi le LDL cholestérol est appelé mauvais cholestérol.

Vous l’aurez donc compris, le HDL cholestérol est appelé bon cholestérol, reste maintenant à comprendre pourquoi. Les HDL permettent d’apporter le cholestérol présent dans les organes et dans le sang vers le foie afin qu’il soit éliminé. Il permet de réguler la quantité de cholestérol circulant et donc d’éviter une hypercholestérolémie.

 

hausse D’où vient l’excès de cholestérol ?

On vient de le voir, l’excès de cholestérol peut être dû à un défaut dans les protéines de transport entraînant une mauvaise régulation de son taux sanguin. Cependant, les principales origines de l’hypercholestérolémie sont hygiéno-diététiques : le stress, le manque d’activité physique et une alimentation déséquilibrée entraînant notamment un excès de poids.

 

panier courses Et au niveau alimentaire, que faut-il faire ?

Contrairement à de nombreuses idées reçues sur le sujet, les dernières études ont montré que la consommation régulière mais raisonnable d’aliments à haute teneur en cholestérol, et souvent incriminés dans cette pathologie (œuf, fromage, crème fraîche) n’engendrait pas de modification significative du taux de cholestérol ni de sa répartition entre le bon et le mauvais, et cela que l’individu soit ou non en excès de cholestérol. Ces aliments peuvent donc être réintroduits dans le cadre d’une alimentation équilibrée. Même si l’apport en cholestérol n’impacte pas la cholestérolémie, il n’en est pas de même pour tous les lipides. En effet, un apport important d’acides gras saturés, souvent présents dans les produits industriels mais aussi les produits d’origine animale telle que la charcuterie, le beurre et la crème fraîche, est associé à l’augmentation du LDL « mauvais » cholestérol. A l’inverse, une consommation importante d’acides gras insaturés, présents principalement dans les huiles végétales, les noix, les amandes et les poissons gras, entraîne une diminution du cholestérol total. Une alimentation équilibrée et surtout avec des apports en lipides de bonne qualité est le meilleur régime à adopter !

Le cholestérol n’a plus de secret pour vous ! Pas aussi méchant qu’on voulait vous le faire croire, il vous est même très utile. Attention tout de même aux excès ! Soyez raisonnable dès maintenant, il est toujours plus simple de garder la santé que d’essayer de la retrouver !