Les allergies alimentaires - Adeline Divay diététicienne nutritionniste Vitré Fougères
16938
post-template-default,single,single-post,postid-16938,single-format-standard,bridge-core-1.0.5,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-theme-ver-18.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.2,vc_responsive

Les allergies alimentaires

Le printemps arrive et avec lui la saison des allergies ! De plus en plus de personnes sont allergiques et ont notamment des allergies alimentaires. Qu’est ce qu’une allergie alimentaire ? Peut-on la soigner ? Autant de questions résolues dans cet article !

 

virus C’est quoi une allergie alimentaire ?

L’allergie alimentaire est une réaction anormale du système immunitaire face à une substance normalement inoffensive contenue dans un aliment. Lors de la première exposition l’organisme reconnaît la substance, nommée allergène, comme « dangereuse pour l’organisme ».  Il synthétise alors des anticorps spécifiques à cet allergène. Lors de la deuxième exposition, l’organisme réagit à l’allergène par une réaction inflammatoire due à la libération d’une molécule : l’histamine. Les allergies alimentaires peuvent également être croisées avec une autre allergie (pas forcément alimentaire) : la sensibilisation (premier contact) se fait avec un allergène, mais la réaction allergique a lieu avec un autre. Ce type d’allergies concerne environ 8% des enfants et 3% des adultes. Cette différence s’explique par le fait que certaines allergies, comme au lait de vache ou à l’œuf, disparaissent dans 60 à 80% des cas en grandissant.

 

virus Quels sont les symptômes ?

Les symptômes d’une allergie alimentaire sont divers et variés. Ils dépendent du type d’allergène mais également de la sévérité de l’allergie. On retrouve des signes cutanés : démangeaison, eczéma (surtout chez les jeunes enfants), urticaire ; des signes digestifs : diarrhée, vomissement, reflux gastro-œsophagien (surtout chez les jeunes enfants), colique, constipation ; des signes de la sphère ORL : rhinite, conjonctivite, asthme. Les conséquences peuvent être plus graves : œdème de Quincke (gonflement des paupières, des lèvres, de la langue, du pharynx et/ou du larynx provoquant une impossibilité de respirer) ou choc anaphylactique (baisse de tension associée à une augmentation du rythme cardiaque entraînant une perte de conscience) demandant une intervention médicale urgente.

 

virus Pourquoi les enfants y sont de plus en plus sujets ?

Les allergies ont une part de leur origine dans la génétique. Un enfant dont les 2 parents sont allergiques aura 60 à 80% de risque de l’être lui aussi contre 40% si un seul des parents est atteint. L’explosion des allergies ces dernières années est majoritairement due à notre mode de vie. Nos lieux de vie sont mieux isolés et plus chauffés facilitant le développement des acariens, d’autant plus que l’aération des pièces et de la literie ne fait plus partie de nos habitudes. De plus, près d’un foyer sur deux possède un animal de compagnie qui augmente l’exposition à des allergènes. La modification de nos habitudes alimentaires est également en cause : ouverture vers de nouvelles cultures gastronomiques, ajout de substances pour améliorer le goût ou la texture des aliments industriels ; tout cela augmente le nombre d’exposition à des allergènes de plus en plus nombreux. Enfin, les progrès en terme d’hygiène font que nous sommes moins habitués à lutter contre des bactéries ou des virus : notre système immunitaire est plus faible.

 

virus Comment limiter les risques d’être allergique ?

La protection face aux allergies se fait dès la grossesse : le stress de la femme enceinte est un facteur favorisant l’apparition des allergies chez l’enfant ainsi que l’exposition au tabac pendant la grossesse et les 3 premières années de la vie. Ces premières années de vie sont primordiales ! La naissance par voie basse, au contraire de la césarienne, permet la création d’un microbiote intestinal protecteur chez l’enfant (contact avec la flore vaginale de la mère). On sait également que l’allaitement a un effet protecteur contre les allergies puisqu’il permet un meilleur développement des défenses immunitaires notamment au niveau intestinal. Un point qui varie au fil des années et des découvertes scientifiques, est la précocité ou non de l’introduction des allergènes dans l’alimentation. Actuellement, les recommandations serait d’introduire précocement les allergènes tels que les œufs ou les arachides (sous forme de beurre de cacahuète par exemple). Enfin, la protection des enfants face aux allergies alimentaires passent aussi par la peau. Une étude d’avril 2018 a montré que l’allergie alimentaire était déclenchée chez l’enfant par un ensemble de facteurs liés à la peau : génétique (capacité d’absorption de la peau), exposition cutanée aux allergènes (poussière, alimentation) et présence de résidus de savon sur la peau. Pour ce dernier point, l’utilisation de lingette pour bébé en est la principale cause. En effet, elles laissent un résidu de savon sur la peau qui perturbe la barrière lipidique qui permet normalement d’empêcher les allergènes d’entrer !

 

virus Peut-on se soigner ?

Le principal traitement d’une allergie alimentaire est l’éviction totale de l’allergène. C’est vrai qu’il est plus simple d’éviter de manger une noix de cajou que des œufs ou du soja ! Il devient alors indispensable de lire scrupuleusement les étiquettes. Même si les fabricants indiquent de plus en plus la présence d’allergènes, ils ne sont pas tous concernés !

Une autre méthode est la désensibilisation. Son emploi ne fait pas l’unanimité au vue de la pénibilité du protocole et de l’absence de garantie de réussite totale. Cela consiste en une exposition progressive et répétée de l’allergène sous contrôle médical pendant plusieurs années jusqu’à diminution ou disparition des réactions allergiques.

Un nouveau traitement prometteur est actuellement testé sur des souris. Il s’agit d’un vaccin contre l’allergie aux arachides. Ce dernier, administré par voie nasale, permet chez les souris une absence de réaction du système immunitaire face à l’allergène. Un peu d’espoir pour les allergiques !

 

Les allergies alimentaires sont de plus en plus présentes dans notre monde moderne industrialisé. Une origine multifactorielle que nous pouvons en partie contrôler. Même si l’allergie alimentaire de l’enfant est le plus souvent passagère, il ne faut pas en négliger les signes et le traitement car l’issue peut être dramatique.