Pourquoi sommes-nous si nombreux à ne pas bien digérer les produits laitiers ? - Adeline Divay diététicienne nutritionniste Vitré Fougères
16960
post-template-default,single,single-post,postid-16960,single-format-standard,bridge-core-1.0.5,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-theme-ver-18.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.2,vc_responsive

Pourquoi sommes-nous si nombreux à ne pas bien digérer les produits laitiers ?

Les produits laitiers sont souvent au cœur de l’actualité nutritionnelle mais pas toujours pour leurs bienfaits ! Accusés de nombreux maux, certains crient haut et fort que nous devrions arrêter de les consommer. Qu’en est-il vraiment ? Que dit la science ? Quelques réponses dans cet article.

 

brique lait Qui sont les produits laitiers ?

Les produits laitiers sont une famille d’aliments regroupant les différents laits et produits issus de la transformation de ces laits : lait de vache, de chèvre, de brebis, d’ânesse,… ; laits fermentés (comme le lait ribot) ; yaourts ; fromages frais, à pâte molle, à pâte dure, affinés, au lait cru,… Le beurre et la crème fraîche sont issus de la transformation du lait, mais à cause de leur teneur en lipides (graisses), ils appartiennent à la famille des matières grasses.

 

brique lait Pourquoi les adultes ont du mal à les digérer ?

Le fautif dans cette histoire c’est le lactose ! Avec sa terminaison en -ose, vous l’aurez compris c’est un sucre, celui du lait et des produits laitiers. C’est un gros sucre composé de 2 sucres plus petits : 1 galactose + 1 glucose = 1 lactose. Ce gros sucre ne peut être utilisé en l’état par notre organisme. Il doit d’abord couper le lien entre les deux petits sucres qui eux sont assimilable. L’enzyme qui permet cette action est la lactase.

Chez les nourrissons, cette enzyme est produite en très grande quantité puisque l’alimentation est exclusivement lactée (lait maternel ou maternisé). Il doit donc être capable de le digérer. A partir du sevrage, cette quantité de lactase produite diminue pour atteindre 5 à 10% de la quantité produite enfant, parfois moins. Résultat : la digestion du lactose est incomplète ce qui entraîne de nombreux inconforts principalement digestifs : coliques, diarrhée, ballonnements, gaz,… Nous ne sommes pas tous égaux sur la quantité de lactase produite à l’age adulte et sur la sensibilité de notre organisme à la présence anormale de lactose dans notre intestin. En Asie par exemple, la quasi-totalité de la population est intolérante au lactose, alors que cette proportion tombe autour de 60% en France. Cependant, seuls 20% en ressentiraient les désagréments. Pourtant, l’arrêt de production de la lactase à l’âge adulte est programmée génétiquement. La norme serait donc de ne pas digérer les produits laitiers à l’âge adulte. Les personnes produisant encore fortement cette enzyme à l’âge adulte seraient porteur d’une mutation génétique ! Est-ce un tournant dans l’évolution de l’espèce humaine ?

Chez certaines personnes, les fautifs sont les protéines du lait de vache (caséines principalement). Dans ce cas, il s’agit d’une allergie. Elle est surtout présente chez les enfants puis disparaît dans la majorité des cas à l’âge adulte.

 

brique lait Tous les produits laitiers sont-ils concernés ?

Tous les produits laitiers contiennent du lactose. Mais c’est aussi le cas du beurre et de la crème fraîche (issus du lait), et de nombreux produits industriels qui contiennent du lait, un produit laitier ou simplement du lactose dans leur composition. Cependant, tous les produits contenant du lactose n’ont pas exactement le même effet sur notre corps. Ceux causant habituellement le plus de désagréments sont : le lait (surtout de vache), les fromages au lait cru et/ou à pâte molle (surtout de vache). Les produits laitiers étant le plus facilement digérés sont : les fromages affinés et/ou à pâte dure, les laits fermentés et les yaourts. En effet, les transformations qu’ils subissent facilitent la digestion du lactose par notre organisme. Par exemple, pour le yaourt, c’est la présence de ferments (bactéries vivantes : Streptococcus thermophilus et Lactobacillus bulgaricus) qui le rend plus facilement digestible.

 

brique lait Comment savoir si je suis intolérant ?

En cas d’intolérance au lactose, les signes apparaissent après la consommation de produits laitiers. Le délai d’apparition de ces signes est variable selon les individus (quantité résiduelle de lactase produite, sensibilité de l’intestin à la présence de lactose) de quelques heures à quelques jours. Si en arrêtant la consommation de produits laitiers, ainsi que de tous les produits industriels contenant du lactose, pendant 15 jours, vous n’avez plus aucuns symptômes, il est fortement probable que vous soyez intolérant au lactose. Cependant, seul un test médical pourra le confirmer.

 

brique lait Dois-je continuer à consommer des produits laitiers ?

Si vous n’êtes ni intolérant au lactose, ni allergique aux protéines de lait de vache, il n’y a aucune preuve scientifique du bienfait à arrêter totalement la consommation de produits laitiers. Cependant, la consommation excessive de ces aliments, notamment chez l’adulte peut avoir des conséquences sur votre santé. Les produits laitiers sont une excellente source de calcium et complètent l’apport en protéines, cependant, ils ont tendance à acidifier l’organisme ce qui oblige l’organisme à rétablir l’équilibre en puisant dans ses réserves de minéraux dans les os, ce qui peut entraîner l’apparition d’ostéoporose. Pour les produits laitiers comme pour le reste c’est donc une question de mesure. Si vous digérez bien les produits laitiers, ne vous privez pas d’un morceau de fromage, mais évitez le demi litre de lait au petit déjeuner !

 

Historiquement, l’Homme adulte n’est pas prévu pour continuer à consommer des produits laitiers au-delà de la période d’allaitement, soit environ 3 ans. Cependant, notre organisme s’adapte à notre nouveau mode de consommation en continuant à produire, pour certains au moins, la lactase à l’âge adulte.

Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ? C’est un autre débat !