Végétarien, Végétalien, Végan : Bonjour les carences ? - Adeline Divay diététicienne nutritionniste Vitré Fougères
16640
post-template-default,single,single-post,postid-16640,single-format-standard,bridge-core-1.0.5,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-theme-ver-18.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.2,vc_responsive

Végétarien, Végétalien, Végan : Bonjour les carences ?

De plus en plus de personnes diminuent leur consommation voire suppriment totalement la viande et d’autres produits animaux ou d’origine animale de leur alimentation. Ce sont les végétariens, les végétaliens ou les végans. Mais quelles sont les différences de ces régimes alimentaires ? Et il y a-t-il des bénéfices ou des risques pour notre santé ?

 

salade_318-104625 Quelles différences entre ces régimes ?

Le plus connu est sûrement le végétarisme. Ce régime exclut tous les animaux, c’est-à-dire les viandes, les poissons et les crustacés. Cependant, les végétariens consomment tout de même des produits issus des animaux tels que les œufs, le lait et les produits laitiers.

Le végétalisme est un peu plus stricte. En effet, ce régime exclut tous les produits d’origine animale : de la viande aux produits laitiers, mais également la gélatine et parfois le miel.

Dans le véganisme, la démarche va au-delà du régime alimentaire de type végétalien. En effet, les végans suppriment de leur mode de vie tout produit animal ou issu des animaux comme les vêtements en laine, les chaussures en cuir ou les cosmétiques testés sur les animaux.

 

salade_318-104625 Quels sont les bénéfices à la suppression des produits animaux ?

Une des raisons qui poussent ces personnes à diminuer voire arrêter leur consommation de produits animaux, est leur considération pour la condition animale.

D’un point de vu écologique, la diminution de la consommation de viande par exemple entraîne logiquement une diminution de sa production. Or, on sait que l’élevage d’animaux pour la consommation humaine est consommateur de ressources telles que les céréales et l’eau pour leur alimentation ; et générateur de pollution tels que les gaz à effet de serre. La diminution de la consommation de produits issus des animaux, étendue à une part plus importante de la population serait bénéfique pour l’environnement : terres agricoles cultivées pour la consommation humaine, gestion de la consommation d’eau, diminution des émissions de gaz à effet de serre.

Du point de vue de la santé, la consommation excessive de viande rouge notamment de bœuf entraîne un risque accru de développer une maladie cardiovasculaire. La viande rouge a également été classée comme potentiellement cancérigène par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Les protéines apportées par les produits animaux sont associés à des lipides (matières grasses) majoritairement saturés. Or, ce type d’acide gras est déjà consommé en excès par la population. Une réduction de la consommation de produits animaux, notamment celle de viande rouge (bœuf, porc, agneau, mouton, veau) serait donc bénéfique pour notre santé.

 

salade_318-104625 Quels sont les risques de ces régimes ?

Pour le régime végétarien, les risques sont très modérés puisque la consommation des produits issus des animaux est permise.

Pour les végétaliens et les végans, le risque d’un régime déséquilibré est plus important. En effet, en supprimant la totalité de 2 familles d’aliments (les VPOA : Viande – Poisson – Oeuf – Abat ; et les produits laitiers), ils se privent de leurs apports nutritionnels : protéines de bonne qualité, fer, calcium, vitamine B12. Ce déficit nutritionnel devra impérativement être compensé par le reste de l’alimentation.

 

salade_318-104625 Comment compenser l’absence de viandes, poissons et crustacés ?

Pour les végétariens, la consommation régulière d’œufs, de lait et de produits laitiers permet d’apporter les protéines de bonne qualité, facilement assimilable par notre organisme ; mais également les micronutriments présents dans tous les produits d’origine animale : fer, zinc et vitamine B12.

Dans le cas du végétalisme et du véganisme, l’apport en protéines peut assez facilement être assuré par les produits végétaux : les céréales complètes, les grains complets, les légumes secs et le soja. Même si leur qualité et leur assimilation sont moindres que celles des produis animaux, leurs associations et l’adaptation de notre organisme permettent de couvrir les besoins.

Concernant les micronutriments, cela est plus compliqué notamment pour la vitamine B12 qui se trouve presque exclusivement dans les produits d’origine animale. Les sources végétales sont faibles et ne permettent pas de couvrir les besoins. Une supplémentation en vitamine B12 est donc indispensable pour éviter les carences.

 

salade_318-104625 Comment compenser l’absence de produits laitiers ?

L’apport principal des produits laitiers est le calcium. Ce dernier peut se trouver dans les végétaux. Certes, celui-ci est moins bien absorbé que le calcium d’origine laitière, mais une consommation régulière de végétaux très riches en calcium permet tout de même de couvrir les besoins. Pour les connaître référez-vous à l’article sur Le Calcium.

 

Vous savez donc maintenant que les régimes végétariens, végétaliens ou végans ne sont pas forcément des régimes déséquilibrés dangereux pour votre santé. Au contraire, s’ils sont bien équilibrés, ils peuvent être bénéfiques pour vous et l’environnement !

Alors, pourquoi ne pas intégrer quelques repas végétariens dans vos menus ?